doctrio (1).png

Plus de 1000 médecins nous font déjà confiance

  • Dr Agnès Lara

Maladie de Crohn : efficacité et sécurité de l'intensification d'un traitement par ustékinumab


L’efficacité et la sécurité d’une intensification du traitement par ustékinumab (90 mg toutes les 4 semaines vs toutes les 8 semaines) viennent d’être évaluées au sein d’une cohorte multicentrique française.


À retenir:


Selon cette étude multicentrique française, une intensification du traitement par ustékinumab (90 mg toutes les 4 semaines vs traitement standard toutes les 8 semaines) conduit à une réponse clinique chez deux tiers des patients en réponse partielle ou en perte de réponse à l’inclusion.


La rémission endoscopique a pu être observée chez 36% des patent à 8 mois de suivi.

Ces résultats sont en faveur d’une intensification du traitement par ustékinumab chez les patients ayant une réponse insuffisante aux fréquences d’administration standards mais les modalités d’optimisation du traitement et son efficacité à long terme doivent encore être confirmées.




Présent sur le marché depuis seulement quelques années, l’ustékinumab a apporté la preuve de son efficacité dans les formes sévères à modérées de la maladie de Crohn. Il est administré à la dose initiale de à 6 mg/kg (IV), puis par des injections sous-cutanées à 90 mg toutes les 8 à 12 semaines. Dans les essais, une perte de réponse est observée chez 20 à 35% des patients. De précédentes études ont montré que 20% des patients ayant perdu leur réponse avec des injections d’ustékinumab toutes les 12 semaines, redevenaient à nouveau répondeurs avec des injections pratiquées toutes les 8 semaines.



Objectif : évaluer l’efficacité et la sécurité d’une intensification de traitement par ustékinumab


Des chercheurs français se sont donc interressés à l’efficacité et à la sécurité d’une intensification de traitement par ustékinumab (90 mg toutes les 4 semaines) chez des patients ayant une maladie de Crohn active, mais présentant une réponse incomplète ou une perte de réponse avec une administration toutes les 8 semaines.


L’activité de la maladie était définie par un score de Harvey-Bradshaw ≥4 et au moins un signe d’inflammation (CRP 5mg/L et/ou calprotectine fécale 250 µg/g et/ou une preuve d’activité radiologique et/ou endoscopique).



Cohorte de 100 patients en réponse incomplète ou en perte de réponse avec le traitement standard


Une cohorte rétrospective de 100 patients a été constituée à partir de patients issus de 11 centres hospitalo-universitaires français :

Âge médian 35 ans, 52% de femmes

Durée médiane de la pathologie : 12 ans

Exposition antérieure : anti-TNF pour 99 patients, védolizumab 55 patients



Réponse à court terme suite à l’intensification du traitement


Réponse observée après 2,4 mois d’intensification :

  • Réponse clinique dans 61% des cas :

- Réduction de score de Harvey-Bradshaw de 8 [écart interquartile (EIQ) 5,0-11,2] à

l’inclusion à 5 [3,0-7,0], p=0,001) à 2,4 mois

- Réduction du taux de CRP de 12,3 mg/L à l’inclusion [5,0-30,5] à 9,6 mg/L [3,2-18,0]

  • Rémission clinique dans 31% des cas

  • Rémission clinique sans corticoïdes dans 27% des cas

  • Les corticoïdes ont pu être diminués puis arrêtés chez 35% des patients qui étaient sous corticoïdes à l’inclusion.



Réponse à long terme


Réponse clinique observée après 8,2 mois de suivi :

  • Réponse et poursuite du traitement par ustékinumab chez 61% des patients

  • Rémission clinique sans corticoïdes dans 26% des cas


Autres résultats observés en fin de suivi :

  • Rémission endoscopique (absence d’ulcère) chez 35,9% des patients

  • Hospitalisation en lien avec la maladie de Crohn pour 27% des patients

  • Résection intestinale nécessaire chez 19% des patients


Sécurité liée à l’intensification du traitement par ustékinumab


  • 13 événements indésirables (EI) rapportés chez 12% des patients traités, dont 8 infections et 5 EI graves

  • Aucun décès

  • 5 hospitalisations liées à une infection

  • Aucun de ces EI graves n’a conduit à un arrêt de traitement


Limites

Petite taille de la cohorte étudiée et suivi de courte durée.



Réference:


Mathurin Fumery, Laurent Peyrin-Biroulet, Stephane Nancey, Romain Altwegg, Cyrielle Gilletta, Pauline Veyrard, Guillaume Bouguen, Stephanie Viennot, Florian Poullenot, Jerome Filippi, Anthony Buisson, Anne Bozon, Franck Brazier, Lieven Pouillon, Bernard Flourie, Lucile Boivineau, Laurent Siproudhis, David Laharie, Xavier Roblin, Momar Diouf, Xavier Treton, Effectiveness And Safety Of Ustekinumab Intensification At 90 Mg Every Four Weeks In Crohn’s Disease: A Multicenter Study, Journal of Crohn's and Colitis, , jjaa177, https://doi.org/10.1093/ecco-jcc/jjaa177


Notez ce résuméDon’t love itNot greatGoodGreatLove itNotez ce résumé